GASBI : chercheurs et aménageurs se rencontrent autour de la biodiversité et infrastructures

Comment intégrer dans les projets d’aménagements une approche scientifique de la Biodiversité ? Il y a, tous en conviennent, une urgence extrême à prendre plus complètement en compte cette biodiversité dans la conception et la réalisation d’infrastructures linéaires, dans l’exploitation de carrières et, plus généralement, dans tous les travaux publics. Ce ne sera possible que si ceux qui les mettent en œuvre rencontrent aussi les scientifiques dont les recherches concernent l’écologie et la société. Il manquait pour cela un lieu de dialogue et d’échanges entre chercheurs et aménageurs, qui avaient un peu tendance à rester chacun dans leur univers. Créer ce lieu, dans des conditions d’indépendance et de responsabilité éthique, c’est le pari de GASBI, Groupe d’échanges entre Aménageurs et Scientifiques autour de la Biodiversité et des Infrastructures

L’initiative de constituer le groupe, à l’échelle de la Région Provence Alpes Côte d’Azur, est née de la rencontre entre la Fondation SOMECA (SOciété MEridonale de Carrières) et l’IMBE, (Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Ecologie marine et continentale, unité mixte de recherche entre l’Université Aix-Marseille, le CNRS, l’IRD et l’Université d’Avignon). Dès l’origine, le projet a été développé avec succès en partenariat avec Appeld’aiR Consultants.

Dans un mode de travail collaboratif, une cinquantaine de personnes se réunissent régulièrement depuis bientôt deux ans. Elles sont issues d’organismes scientifiques, établissements universitaires, CNRS, Irstea , Muséum National d’Histoire Naturelle, etc ., mais aussi d’entreprises du monde des travaux publics, carriers, ou encore gestionnaires d’infrastructures linéaires.

Gasbi a pour vocation d’identifier les ressources disponibles pour gagner en compétences et en opérationnalité sur la préservation de la biodiversité, qui trouve une nouvelle actualité, du fait de ses liens avec le changement climatique, à la veille de la COP21.

Trois projets principaux ont ainsi pu se construire, dont un central avec le soutien de la Région Provence Alpes Côte d’Azur et de la Fondation de France dans le cadre du programme  « Gérons ensemble notre environnement » :

  • un livre blanc, proposant un état des lieux pratique et théorique, constituant une base de réflexion pour cette démarche coopérative. Il fait état d’approches scientifiques et techniques lors des projets d’aménagements et incite à redonner à la biodiversité, mais aussi à la géodiversité, la place qu’elle mérite en s’appuyant notamment sur des modes de conception collaboratifs et transversaux,
  • une formation croisée, SCIAME, créée et animée par des scientifiques pour les aménageurs et inversement. Elle permettra de co-construire des modules par et pour les Scientifiques et Aménageurs afin de transmettre la vision du métier de chacun et d’envisager la co-construction des infrastructures,
  • une plateforme d’échanges, projet central qui s’appuie sur le principe des arbres de connaissances (développés par Michel Serre et Michel Authier) et une nomenclature des compétences afin d’accéder aux personnes ressources, de les mobiliser et de veiller à l’intégration en amont des enjeux de biodiversité.

Tous les participants à la démarche GASBI sont passionnés par cette expérimentation constructive et originale et par l’établissement d’échanges constructifs entre le monde économique des aménageurs (carrières, infrastructures linéaires, TP) et le monde scientifique de et pour la biodiversité.

Les commentaires sont clos.